Articles

Architecture


Comment créer son propre paradis tropical

Même si certains climatologues affirment que nous avons connu, cette année, un été ordinaire, il nous est difficile de les croire… Notre piscine est restée déserte près de deux mois, à refléter le ciel morose du jardin. Bref, il n’en fallait pas plus pour rêver d’une piscine intérieure… Mais si vous voulez que votre paradis tropical privé soit une réussite, vous devrez tenir compte de plusieurs éléments cruciaux… 

Une piscine intérieure n’est en rien semblable à une version extérieure et requiert une approche radicalement différente, dès le départ. Celle-ci devra en effet souvent s’intégrer dans une habitation ou un projet existant(e). Elle nécessitera des techniques et installations supplémentaires et devra être entretenue différemment. Le contrôle et la gestion de l’hygrométrie requièrent déjà une attention et un budget particuliers. L’aménagement des alentours de la piscine devra également être mûrement réfléchi. 

Basique ou sophistiquée ?
Le succès de votre piscine dépendra en grande partie de l’espace libre tout autour. Outre la piscine en elle-même, vous aurez en effet de besoin d’un peu d’espace et au moins d’un vestiaire, d’un WC et d’une douche. Essayez d’imaginer le temps que vous souhaitez passer dans et autour de votre piscine. Peut-être n’avez-vous pas juste envie d’y plonger régulièrement, mais souhaitez-vous aussi simplement vous relaxer au bord de l’eau… Ou prendre un verre ou y manger un bout après la baignade… Pensez peut-être aussi à vos amis, que vous inviterez forcément à venir profiter de votre petit paradis tropical… Un bar et éventuellement quelques tabourets et un frigo, ainsi que quelques transats ou sièges lounge transformeront votre piscine intérieure en un véritable espace de détente. Et si vous souhaitez en faire une zone de bien-être complète et totale, vous y ajouterez sans doute un sauna (infrarouge ou traditionnel), une douche de pluie et un solarium.

Spa de nage
Si vous en avez la possibilité, prévoyez-donc suffisamment d’espace. Une piscine intérieure mesure généralement de neuf à onze mètres de long sur quatre mètres de large. Comptez le double en superficie, si vous souhaitez profiter de manière confortable de votre espace. Si vous ne disposez pas de cet espace, vous pouvez vous tourner vers un spa de nage ou une petite piscine avec contre-courant. Ces solutions nécessitent nettement moins de place, et vous offrent la possibilité de vous y dépenser ou d’y entretenir votre condition physique. Mais tenez compte d’un espace minimal de 8 x 4 mètres : un spa de nage occupera quatre mètres de long et une piscine à contre-courant, six mètres.
Si vous souhaitez le nec plus ultra en matière de contre-courant, nous vous recommandons un spa de nage Michael Phelps. Aucun autre concurrent n’est en mesure de proposer un contre-courant aussi puissant sur toute la largeur de la piscine. Le spa de nage Michael Phelps est doté d’un contre-courant à hélice, comme sur un bateau, ce qui génère un flux puissant et homogène. Les appareils à contre-courant conventionnels utilisent généralement une pompe à rayon concentré générant beaucoup plus de remous et poussant donc continuellement le nageur vers l’extérieur.

Espace technique 
De nombreuses personnes oublient toutefois qu’une piscine intérieure nécessite un espace technique beaucoup plus important qu’une version extérieure. Outre votre pompe et votre installation de filtrage, vous devrez en effet également placer un système de déshumidification. Quatre mètres carrés sont un minimum absolu. Et, pour pouvoir profiter de votre piscine sans problèmes, vous tiendrez également compte des exigences techniques suivantes :

•    une alimentation électrique de 3 x 380 V est recommandée pour les contre-courants et spas de nage ;
•    une arrivée d’eau de ville via des buses de ½’’ ;
•    une évacuation des eaux usées ;
•    une arrivée et une sortie d’eau pour le chauffage central (sauf si vous optez pour le chauffage électrique) ;
•    une installation de déshumidification.
 
Votre espace devra bien entendu être chauffé. Et rapidement, si vous souhaitez pouvoir profiter de votre piscine de manière optimale… Un brûleur à gaz est une solution rapide et économique. Pour un meilleur confort, vous pouvez également opter pour un chauffage par le sol. Celui-ci permet par ailleurs l’évaporation plus rapide des éclaboussures d’eau. Vous demanderez d’autre part une étude des valeurs d’isolation de l’espace dans lequel vous placerez votre piscine. Si les résultats ne sont pas satisfaisants, une isolation murale s’imposera. 

Détails
La création d’une piscine intérieure est avant tout une affaire de détails. Certains aspects, apparemment secondaires, ne peuvent en effet absolument pas être perdus de vue. Le choix du revêtement de sol constitue l’un des écueils pouvant parfois surgir plus (trop) tard. Pensez à choisir un carrelage antidérapant… Un sol trop lisse entraîne un risque important de glissades et de chutes, avec les conséquences indésirables qui s’en s’ensuivent. Si le sol présente trop de relief, les saletés et l’eau s’accumuleront ; vous serez alors obligé(e) d’utiliser un matériel de nettoyage performant afin de pouvoir aspirer l’eau et les saletés accumulées dans les cavités. L’idéal est donc d’opter pour du carrelage légèrement sablé, ce qui limitera les risques d’accident, tout en demeurant facile d’entretien. Soyez par ailleurs suffisamment attentifs aux propriétés acoustiques de l’espace afin d’éviter le désagréable effet d’écho et les autres nuisances sonores. Quoi de plus énervant qu’une piscine qui résonne comme une caverne et qui produit un écho continu ? Pour en faire l’expérience, il suffit de vous rendre dans une piscine tropicale publique… Le choix des couleurs est également déterminant et sera purement subjectif. Quant aux matériaux, ils seront fonction du fait que vous préfériez un environnement moderne (froid et sobre) ou classique (chaud et « cosy »). Veillez à choisir des couleurs renforçant la lumière extérieure et en harmonie avec celles du patio ou du jardin jouxtant la piscine. 

Déshumidifier
Afin de gérer correctement l’air ambiant de votre piscine intérieure, vous devrez non seulement surveiller la température de l’eau, mais aussi réguler le climat intérieur et contrôler et adapter continuellement l’hygrométrie. Vu l’écart de température entre l’eau de la piscine et l’air ambiant, l’humidité relative (en %) peut grimper jusqu’à 95 % et plus dans une piscine intérieure. Afin d’éviter que les murs et matériaux utilisés pourrissent, moisissent et se décolorent, ce pourcentage doit être ramené à 60 à 65 %. Pour ce faire, vous aurez besoin d’un système de déshumidification. Le pisciniste calculera, en concertation avec le fabricant, la capacité de déshumidification nécessaire pour chaque projet spécifique. Un système de déshumidification fonctionne généralement selon le principe d’une machine frigorifique : un (ou plusieurs) ventilateur(s) aspire(nt) l’air humide et l’envoie(nt) vers un condensateur. Celui-ci refroidit l’air jusqu’au point de rosée, ce qui provoque la condensation de l’humidité qu’il contient en vue de son élimination. Ce processus peut entraîner une perte de chaleur, à moins que vous n’optiez pour un condensateur de piscine. Cet appareil renvoie la chaleur récupérée vers la piscine. Ce qui vous permet de faire de belles économies d’énergie…
Appareils de type coffre, 
muraux ou à gaines
Il existe différents types d’appareils, en fonction de l’espace à déshumidifier. Pour une qualité optimale de l’air, un appareil à gaines d’air est recommandé. Pour évacuer l’air humide et rejeter de l’air sec et chaud de manière optimale et ainsi améliorer le confort dans la piscine, il faudra dimensionner et installer correctement les gaines et les grilles du système. Un appareil à gaines est en outre invisible et insonore, ce qui ne sera pas pour déplaire aux propriétaires accordant une grande importance à l’esthétique de leur piscine intérieure. Mais une utilisation rationnelle de l’énergie est aussi un facteur essentiel. Informez-vous sur les différentes possibilités à cet égard auprès de votre constructeur de piscine. 

Volet
Vous pourrez également économiser de l’énergie en plaçant un volet sur votre piscine. L’eau de celle-ci s’évapore en effet continuellement. La piscine perd de la chaleur et de l’eau lorsqu’elle est au repos, mais davantage encore lorsqu’elle est remuée, ce qui représente un coût en énergie. D’une part, parce que vous devrez compenser la perte de chaleur et, d’autre part, parce que vous devrez faire fonctionner souvent votre système de déshumidification de l’air. Afin de limiter ces désagréments, vous pouvez doter votre piscine d’un volet qui permettra de limiter l’évaporation et la perte de chaleur, donc de réduire les coûts énergétiques. Une installation de déshumidification consomme énormément d’énergie, surtout si vous avez également installé un bain à remous à côté de votre piscine. Comme l’eau d’un jacuzzi est généralement à 36 °C, une grande quantité d’humidité est dégagée, même lorsque la piscine n’est pas utilisée. Les bains à remous peuvent cependant être couverts, ce qui est recommandé, même à l’intérieur. Pour éviter les déperditions de chaleur et limiter l’évaporation, vous pouvez également régler la température de l’air en fonction de celle de l’eau. La température de votre environnement devra dans ce cas en moyenne être de 2 °C supérieure à celle de l’eau. L’eau ne se refroidira alors pas aussi rapidement et vous jouirez simultanément d’une température confortable. Il n’est en effet pas très agréable de passer d’une eau à 28 °C à un environnement à 25 °C. Cette remarque ne vaut bien sûr pas pour le bain à remous car, dans ce cas, vous devriez chauffer votre environnement à 38 °C, ce qui devient un peu excessif. Installer une piscine intérieure n’est donc pas si simple et peut représenter un budget considérable. Une piscine basique, sans l’aménagement de l’espace – cuve et équipement technique compris – vous coûtera quelque 50 000 euros. Si vous souhaitez y ajouter un espace bien-être intérieur agréable et optez pour une jolie et confortable piscine à débordement, vous atteindrez très vite les 400 000 euros. Mais à ce prix-là, vous jouirez d’un véritable paradis tropical 365 jours par an !

Pour plus d’informations quant à la déshumidification de l’air, consultez www.cdh.be.