Articles

Étangs de natation


Votre piscine est-elle écologique ?

Quel bonheur de posséder sa propre piscine ! Pouvoir batifoler dans l’eau dans son propre jardin est un véritable luxe. Et si vous avez de jeunes enfants, la piscine sera doublement appréciée. Mais c’est justement à cause des enfants que de plus en plus d’utilisateurs remettent en question le mode d’entretien de leur piscine. L’utilisation de chlore est en effet de plus en plus décriée. La santé de nos enfants n’est pas la seule en cause ! L’impact écologique de nos oasis privées est de plus en plus déterminant. On constate ainsi un glissement, sur le marché, des piscines traditionnelles vers des infrastructures de baignade plus naturelles. Des environnements verts, qui créent une ambiance particulière, vous permettent de nager dans des conditions plus saines et… pèsent moins lourd sur la conscience.

Filtres à verre
Jan Van den Bulcke (E-clear) : « Pour nombre de clients, une piscine écologique est avant tout une piscine sans chlore. En ce qui concerne le traitement de l’eau, il est en effet possible de travailler sans chlore. Il existe des techniques et technologies permettant d’obtenir les mêmes effets désinfectants que le chlore, sans les inconvénients. Ces techniques ne se suffisent toutefois pas à elles-mêmes et doivent être soutenues par des systèmes de filtration performants et une surveillance minutieuse et détaillée de divers paramètres qui permettront effectivement de nager dans une eau saine, dépourvue de chlore, dans laquelle les algues et le biofilm ne se développeront pas. Afin de ne rien laisser au hasard, nous avons développé le concept E-Clear grâce auquel vous pourrez nager dans une eau totalement exempte de chlore. » « Il est pour cela nécessaire d’abandonner le filtre à sable au profit du GFM+ (Glas Filter Medium). Le sable, en effet, n’élimine pas l’intégralité des matières organiques : une partie est emprisonnée dans le sable du filtre. Comme l’eau y est aspirée en continu, celle-ci est par conséquent biologiquement polluée. Donc, jusqu’il y a peu, vous aviez besoin de chlore pour venir à bout de cette pollution organique. Depuis quelques années, on peut utiliser des grains de verre. Ces morceaux de verre n’ont pas de structure interne et ne peuvent donc pas piéger les bactéries, contrairement aux grains de sable. Le support filtrant est plus lisse et moins propice au bioencrassement, ce qui évite la prolifération des bactéries responsables de cette odeur de chlore typique. Le GMF+ d’E-Clear met cette application en pratique. L’oxydation de l’oxygène provoque quant à elle la scission des atomes d’hydrogène en quatre éléments : l’oxygène, l’hydrogène, des radicaux oxygénés et de l’eau oxygénée. Les trois derniers sont des substances instables entraînant une oxydation puissante pour revenir ensuite rapidement à leur état d’origine, celui de l’eau. L’oxygène a quant à lui un effet régulateur et désinfectant dans la piscine. Cette oxydation soudaine entraîne la destruction de l’ensemble des matières organiques, des virus et des bactéries. Ce genre de système requiert toutefois une bonne installation de pompage et de filtrage. Dans le système E-Clear, on travaille avec un circuit pompant toute l’eau en quatre heures tandis que l’épuration s’effectue via l’oxydation, mais aussi par ionisation du cuivre lors du passage dans la pompe. Une lampe de désinfection UV peut encore être ajoutée, en option. Ce processus d’ionisation a été développé par la NASA pour l’approvisionnement en eau potable dans les capsules et stations spatiales.

Filtrage plus écologique
Chez Pomaz, aux Pays-Bas, on va encore un peu plus loin : « Désormais, nous ne filtrons plus l’eau avec du sable mais avec un AFM. AFM signifie Active Filter Media ; il s’agit de grains actifs de verre recyclé (un produit écologique, donc). Les grains de verre sont chargés de façon à agir comme une sorte d’aimant capable d’attirer jusqu’à 90 % des salissures, y compris les particules les plus minuscules, présentes dans l’eau de la piscine. Les bactéries ont du mal à se fixer sur l’AFM. Vous devrez donc utiliser très peu de produits chimiques et le filtre devra être contrelavé moins longtemps et moins souvent, avec des économies d’eau à la clé… Les produits chimiques sont remplacés par du NoPhos, un produit qui décompose les substances nutritives des bactéries et réduit, voire empêche, ainsi leur croissance. NoPhos élimine les phosphates présents dans l’eau et fait floconner les petites particules sales présentes dans l’eau afin qu’elles puissent être plus facilement aspirées par le filtre. NoPhos détruit par ailleurs aussi les bactéries présentes dans les conduites et les divers composants techniques. L’utilisation d’un filtre AFM est préférable pour l’environnement car l’AFM n’absorbe pas les impuretés. Les saletés se détachent donc facilement lors du contrelavage. Grâce à la combinaison AFM – NoPhos, vous devez en outre contrelaver moins souvent. Avec des économies d’eau et d’énergie à la clé puisque moins vous perdez d’eau de piscine durant le contrelavage, moins souvent vous devrez faire l’appoint en eau et la chauffer… Cette combinaison vous permettra de surcroît d’économiser 50 à 80 % de produits chimiques. En dehors de ces avantages, les filtres ont également une durée de vie accrue.

Piscine hybride
Bart Lauwers, de Maître d’Eau, propose sa propre solution de piscine « verte » : la piscine hybride.
Bart : « Les étangs de natation peuvent fonctionner sans chlore mais présentent l’inconvénient d’un sol sableux ou vaseux. Il n’est pas possible d’empêcher les algues de couvrir les parois, ni, non plus, de chauffer l’eau. L’eau de baignade sera par ailleurs colonisée par de petits animaux, ce qui risque de déranger certains utilisateurs. Mais outre les étangs de natation, nous proposons aussi les piscines hybrides. La différence est énorme. » 

Avantages de la piscine hybride 
« Nous avons combiné les avantages des deux systèmes. Il ne s’agit ni d’une piscine bio, ni d’un étang de natation, mais bien d’une piscine hybride, naturelle. Ce genre de piscine présente plusieurs atouts. La propreté : l’eau, mais aussi les parois, le fond et l’environnement sont propres. Cela dit, ce genre de piscine est peu sujet aux algues. Nous avons fait en sorte d’éviter autant que possible le développement des algues et de permettre l’élimination de celles qui se développeraient néanmoins… Nous utilisons pour ce faire un liner spécial fabriqué pour nous exclusivement par notre fournisseur. Un liner pour piscine ne contenant pas de substances toxiques qui provoqueraient la mort des plantes. Ce liner, renforcé de fibres de verre et présentant par conséquent une grande souplesse et une grande robustesse, est pourvu de quatre couches de vernis. Inutile de récurer et frotter énergiquement, il suffira de passer un torchon pour nettoyer. Cela vous épargnera vite quelques heures de travail par semaine ! » « Sur nos piscines hybrides, nous posons par ailleurs un volet isolant. Cela entraîne la sédimentation des algues puisque sous le volet, celles-ci ne reçoivent plus la lumière dont elles ont besoin pour se développer. Et vous voilà à nouveau délesté d’une part des travaux d’entretien… Si vous ne couvrez pas votre piscine, vous pouvez retrousser vos manches tous les trois jours. Avec notre piscine hybride et un volet, l’entretien représentera au maximum une petite heure toutes les deux semaines. »
« Un autre avantage des piscines hybrides est que vous pourrez l’aménager comme une piscine ordinaire, au niveau des accessoires : lampes DEL, jet-stream, ou musique intégrée sous le niveau d’eau sont dès lors possibles. »

Inconvénients d’un étang de natation 
« Nous avons d’autre part voulu parer aux inconvénients des étangs de natation. À commencer par l’impossibilité de chauffer un étang de natation. Le chauffage de l’eau entraîne en effet une prolifération des bactéries qui sont en principe éliminées par le chlore. En collaboration avec Labo Derva, nous avons trouvé une solution pour contrôler la formation de bactéries grâce à un fort rayonnement UV. Nous ne parvenons pas à une élimination totale des bactéries, cela n’est possible que moyennant l’utilisation de produits chimiques. Mais nous gardons le développement de bactéries sous contrôle et faisons vérifier toutes nos piscines hybrides trois fois par an par un labo indépendant. Les résultats, que nous communiquons, prouvent que la formation des bactéries est parfaitement maîtrisée, sans utilisation de chlore, ni d’autres produits chimiques. » « Un autre désagrément de l’étang de natation est le dépôt calcaire. C’est un problème non négligeable, car lorsque vous accumulez une quantité donnée de calcaire dans votre eau de baignade, la nature s’en débarrasse d’une façon ou d’une autre... Ce qui provoque des dépôts de tartre sur tous les supports imaginables : éclairage, conduites, filtres, etc. Et pour en venir à bout, vous n’avez d’autre choix que de vidanger et d’utiliser un nettoyeur à haute pression. Afin d’éviter ce problème, on corrige généralement le pH de l’eau. Mais cela n’est pas possible dans un environnement naturel… Avec la contribution de Labo Derva, nous avons développé un acide biologique empêchant le dépôt de tartre en équilibrant la valeur du pH. L’acide ne tue toutefois pas les plantes et bactéries et n’alimente pas les algues. La faible pollution restante est éliminée au moyen d’un liquide désinfectant biologique. » Reste la question de savoir ce que deviennent les plantes de notre piscine hybride en hiver. « C’est très simple », poursuit Bart Lauwers. « Généralement, nous optons pour une double optique : durant six mois, la piscine est naturelle, et durant les six autres mois, on repasse à une piscine traditionnelle. Dès qu’il fait froid, on bascule en mode « traditionnel », mais sans chlore, et la zone de lagunage n’est plus utilisée. Durant l’été, l’eau est filtrée par les plantes, et l’hiver, nous utilisons un liquide désinfectant biologique qui se décompose ensuite en eau et oxygène. Cette approche nous permet de chauffer l’eau en hiver et de profiter néanmoins d’une piscine parfaitement propre lorsqu’il fait plus froid, sans hivernage… » Une seule pression de touche suffit pour basculer d’un mode de filtration à l’autre : le lagunage ou la piscine sans chlore, et cela 12 mois par an ! Maître d’Eau utilise des pompes à vitesse variable, un éclairage DEL, un chauffage à énergie solaire, et des pompes à chaleur très économiques afin de réduire au maximum l’empreinte écologique de ses piscines. La clarté de l’eau est optimisée grâce à une filtration mécanique avec AFM. 

Chlore
L’utilisation de chlore est de plus en plus souvent remise en question par les constructeurs de piscine, mais aussi par les médecins et chercheurs qui constatent sans cesse de nouveaux effets néfastes du chlore. Outre le fait que le chlore présente une odeur particulière et peut donner un sentiment d’oppression et dessécher la peau, il s’avère que le chlore est également néfaste pour la santé. Pour les enfants surtout, il est déconseillé de nager trop souvent dans une eau chlorée. Ils risquent en effet de développer de l’asthme, le rhume des foins, ou une inflammation des muqueuses nasales. En Belgique, près de la moitié des enfants sont prédisposés à l’une ou l’autre forme d’allergie. Lorsque ces enfants nagent fréquemment dans une piscine chlorée, les risques d’allergies augmentent. Les bébés et les tout jeunes enfants éviteront de préférence la piscine, concluent les chercheurs de l’université de Louvain-la-Neuve. La thèse du professeur belge Alfred Bernard est soutenue par des chercheurs suédois qui sont arrivés exactement à la même conclusion.

Étang de natation
L’étang de natation est naturellement la piscine « verte » par excellence. Cette possibilité s’adresse aux amoureux de la nature qui ne voient pas d’inconvénient à ce que l’eau ne soit pas parfaitement limpide et le fond, pas bleu azur. Un étang de baignade offre une eau plus ou moins naturelle, avec divers avantages et inconvénients. Vous ne devez pas utiliser de chlore. En fait, vous n’utiliserez aucun produit. Mais vous devez savoir que votre étang de baignade ne sera pas parfaitement propre. Des algues tapisseront le fond, les parois et les escaliers, et de petits animaux tels qu’insectes, grenouilles, salamandres et libellules viendront y élire domicile. Par contre, cette formule est beaucoup plus facile d’entretien ! Vous pourrez en effet permettre à la nature de conquérir l’espace… Mais comme nous l’avons dit : l’étang de natation se destine aux amoureux de la nature qui souhaiteront nager dans une eau naturelle. De plus, vous devrez vous demander dans quelle mesure votre étang de natation est réellement écologique. Un examen approfondi fera en effet peut-être frémir certains propriétaires d’un étang de baignade… Nous avons passé en revue les différentes caractéristiques de cette alternative à la piscine classique.

Des impacts de tous types
Guido Lurquin : « L’empreinte écologique d’une infrastructure de baignade dépendra de nombreux facteurs : modification du relief, transport de terres, fabrication et transport de matériaux de construction sont autant d’éléments qui entreront en ligne de compte. La durée de vie de l’aménagement, les possibilités de recyclage, la consommation d’eau et d’énergie sont également à prendre en considération. Si vous optez pour un étang de natation, vous générez moins de pollution étant donné que vous n’utilisez pas de produits chimiques ; l’empreinte écologique sera donc automatiquement plus faible. Mais il existe différents types d’étangs de natation, ayant chacun un impact différent sur l’environnement. Un étang de natation construit avec d’épais murs en béton, reposant sur de lourdes fondations armées, aura un impact plus important qu’une simple excavation avec des parois inclinées. Un liner en PVC sera par ailleurs moins écologique qu’un liner en PE parce que le PVC entraîne la production de PCB et de dioxines toxiques. Un liner en EPDM tel que ceux qui sont distribués par DistriPond est encore préférable car ce matériau présente, selon des études récentes, un impact environnemental quatre fois inférieur à celui des liners comparables. » « Des margelles en pierre de taille seront naturellement très élégantes mais devront être transportées, contrairement à un bord simple constitué par le repli du liner au-dessus d’une planche. Et si cette planche n’est pas en bois dur tropical mais bien en matériau recyclé, c’est encore mieux… Un escalier d’accès en pierre est luxueux et pratique, mais aura un impact plus conséquent qu’une simple échelle. »

Consommation d’énergie
« Accordez une attention particulière à la consommation des pompes du filtre. Les marques et types différents présentent des consommations extrêmement différentes, pouvant varier entre 200 et 1000 watts ! L’écart est énorme, aussi bien pour l’environnement que pour votre portefeuille ! » « Un éclairage de la zone de baignade est par ailleurs commode et romantique, mais ici aussi, gare à la consommation ! Un spot halogène de 150 watts peut très bien être remplacé par une DEL de 10 watts, voire même 5 watts. Certes, l’éclairage sera différent, mais néanmoins suffisant. Enfin, le chauffage de l’eau entraîne une consommation importante d’énergie, même si une pompe à chaleur sera en moyenne quatre fois plus performante. Plus votre liner sera de couleur foncée, plus le chauffage nécessaire diminuera et plus la chaleur du soleil sera absorbée. »

Étang de natation ou piège pour la faune ?
« Il nous reste à aborder l’impact direct de l’infrastructure de baignade sur votre jardin… Ferez-vous de votre étang de baignade un piège pour les hérissons et les taupes qui, s’aventurant sur les margelles, tombent dans l’eau et ne peuvent plus en sortir ? Ou opterez-vous pour des pentes douces couvertes de galets afin que votre étang de baignade soit un lieu sûr où les animaux pourront s’abreuver ? Votre étang de natation portera-t-il bien son nom d’« étang » et sera-t-il réellement naturel ? » « Pour conclure, abordons le but de l’étang. Servira-t-il exclusivement à faire quelques brasses ou en profiterez-vous pour apprendre des choses à vos enfants ? Dans un étang de natation que la nature pourra réellement conquérir et où la vie aquatique pourra se développer, ils pourront sans aucun doute faire de nouvelles découvertes chaque jour, surtout si vous leur offrez un masque et un tuba… Réfléchissez par ailleurs à la destination de l’étang de natation à plus long terme. Dans dix ans, lorsque les enfants auront quitté la maison, votre étang servira-t-il encore à la baignade ou deviendra-t-il principalement un havre de paix à vocation ornementale pour les nénuphars, les libellules, les têtards et les tritons ? Vous aurez dans ce cas un biotope naturel, une réserve pour la faune aussi verte et précieuse que la forêt d’émeraude… »