Articles

Lifestyle


Un plaisir intense en toutes saisons

Un étang de natation vous rapproche de la nature. Il constitue un bel ensemble organique avec la végétation de votre jardin. Vous pouvez en outre y nager - sans chlore ! L'étang de baignade procure un plaisir intense, même en dehors de la « bonne saison ». Ravissement pour le regard, il apporte également de la quiétude au jardin. Ces étangs de s'inscrivent parfaitement dans la philosophie de la pensée écologique et durable. Ils nécessitent moins d'entretien et d'énergie que les piscines traditionnelles. En Suisse, en Autriche et en Allemagne, des dizaines d'étangs de baignade publics sont d'ores et déjà en service.

Un design formel et rigide ou des galbes et des formes asymétriques que l'on rencontre également dans la nature ? Toutes ces formes - et bien d'autres encore - sont possibles pour un étang de baignade. Vous pouvez vous laisser inspirer par le caractère ou les dimensions de votre jardin, par vos propres possibilités créatives ou budgétaires, voire par d'autres éléments encore. Un étang de baignade peut également s'inscrire harmonieusement dans un jardin de plus petite taille. 

Une zone de baignade et une zone de lagunage
Toutefois, quelle que soit la forme ou la taille de votre pièce d'eau, un étang de baignade se compose pratiquement toujours de deux parties : une zone de nage et une zone de filtration (aussi appelée de lagunage). Cette dernière assure l'épuration naturelle et biologique de l'eau. Si un étang de nage est aménagé dans les règles de l'art et moyennant les connaissances nécessaires, vous vous baignerez dans une eau « pure ». Il s'agit d'une expérience naturelle et vivifiante, qui ne provoque pas d'irritation aux yeux et ne dégage aucune odeur désagréable de chlore. L'entretien assez intensif, nécessaire pour maintenir l'excellente qualité de l'eau dans une piscine traditionnelle, est superflu dans un étang de baignade bien aménagé. 
« Et c'est bien évidemment le point crucial », précise Guido Lurquin de Distripond, une entreprise proposant des solutions professionnelles pour des étangs aux eaux pures. « L'eau d'un étang de baignade est pure et demande peu d'entretien si la biologie peut faire correctement son oeuvre. Cela nécessite à tout le moins une certaine expertise. De nombreux éléments peuvent en effet perturber l'équilibre hydrique, notamment le nombre de baigneurs. Mais si vous respectez la règle des 10 m³ par personne, vous n'aurez aucun problème. Il s'agit d'une directive allemande, que nous avons adoptée. » 

Noir
Un étang de baignade présente un aspect naturel ; il s'intègre élégamment dans un jardin ou dans un paysage. Même si vous regardez dans l'eau, le « vécu naturel » restera intact. Il n'y a pas de place ici pour de petits carrelages ni pour le miroitement diffus du fond. L'étang de baignade présente à cet égard l'aspect d'un étang classique, en raison de la pose d'un film noir sur le fond. Pour ce faire, on utilise généralement l'EPDM (c'est-à-dire du terpolymère d'éthylène-propylène-diène), une sorte de caoutchouc synthétique qui est également utilisé pour les toitures végétales. L'EPDM résiste à la fois aux températures élevées et aux basses températures, ainsi qu'au rayonnement UV. Il fera parfaitement l'affaire pendant plusieurs décennies. Un avantage supplémentaire de cette bâche noire, qu'il convient de ne pas sous-estimer, réside dans ses propriétés d'absorption de la chaleur, qui permettent de relever aisément de quatre à six degrés la température de l'eau. 

Le filtre de lagunage
Un filtre de lagunage est aménagé dans ou à proximité d'un étang de baignade ; il est séparé de la zone de nage. En principe, pour une filtration et une épuration correctes de l'eau, il convient d'affecter un cinquième à un quart de la superficie totale du plan d'eau à la zone de lagunage. Des plantes aquatiques et un substrat - qui est la plupart du temps constitué par de la pierre de lave - composent cette zone filtrante. Le lys jaune est la plante la plus communément utilisée dans un étang de natation ; ce type d'iris est pour ainsi dire la plante de marais (ou hélophyte) la plus populaire. Le lys jaune fleurit pendant longtemps et son vaste complexe racinaire assure une épuration intensive de l'eau. La croissance spécifique (c'est-à-dire horizontale) des racines empêche également toute détérioration du film, contrairement, par exemple au roseau ou à la massette, qui ont une croissance des racines anarchique. L'acore est également tout particulièrement indiqué pour la zone de lagunage. Cette plante assimile, en effet, de grandes quantités de phosphates, de nitrates et d'ammonium et dégage un parfum agréable. Elle a en outre des propriétés désinfectantes, ce qui a notamment pour effet de réduire les craintes liées à la salmonelle par exemple, si l'on utilise l'étang pour la baignade. 

Up & Down
Dans un étang de natation, l'eau est filtrée et épurée de manière naturelle. Pour ce faire, vous devez obtenir un mouvement naturel de l'eau, afin de générer un courant continu qui assure un cycle de nettoyage entre la zone de lagunage et la zone de baignade. Deux méthodes sont habituellement utilisées pour les étangs de baignade : le principe upflow et le principe downflow. Dans un système upflow, l'eau de la zone de natation est acheminée vers des skimmers, qui sont la plupart du temps placés de manière discrète sur le pourtour de la piscine. Ces écumeurs assurent une première filtration grossière. Ils retirent les grosses particules de l'eau. Ensuite, une pompe achemine l'eau vers une zone de décantation en dessous du lagunage. À cet endroit, se déroule une filtration fine - et essentiellement biologique. L'eau reflue ensuite vers la zone de baignade. Si l'étang de nage est construit en application du principe downflow, l'eau suit l'itinéraire inverse. La zone de lagunage est séparée de la zone de natation par un mur de séparation qui se trouve sous le niveau de l'eau. L'eau est d'emblée dirigée vers la zone de lagunage, par exemple via des pas japonais. L'eau épurée revient ensuite vers la zone de baignade. « Le principe upflow est un système plus technique et en règle générale légèrement plus onéreux », précise Guido Lurquin. « Grâce aux écumeurs, à un espace creux sous le filtre de lagunage et à diverses formes de filtration, la zone de lagunage peut être plus facilement protégée de la pollution. Le downflow est un système plus simple, qui s'avère aussi la plupart du temps moins onéreux. Mais les deux systèmes ont leurs avantages. » Griet Cools, de la sprl Cools bvba spécialisée en étangs de baignade, préfère le principe downflow. « La filtration du haut vers le bas nous paraît être la voie la plus naturelle - la voie de la pesanteur pour ainsi dire. L'autre principe, l'upflow, est un système plus complexe. Les éléments techniques dont il faut tenir compte sont plus nombreux. »

Entretien
« La partie lagunage d'un étang de baignade peut être comparée à un jardin », précise encore Griet Cools. « L'entretien est nécessaire, même s'il s'avère dans ce cas très peu important. Deux élagages par année suffisent. Le lys jaune est bien évidemment un élément indispensable de l'aménagement de la partie lagunage. Nous lui adjoignons plusieurs d'autres plantes, ne serait-ce que pour améliorer l'aspect visuel. En toute hypothèse, il importe d'utiliser des plantes qui prospèrent avec peu de nutriments. Il est, en effet, exclu d'ajouter des engrais dans l'eau destinée à un étang de baignade. » 

Pierre de lave
La pierre de lave placée dans le lagunage est très poreuse. Elle dispose d'une grande superficie d'accroche pour les bactéries. Les plantes aquatiques peuvent également facilement s'y enraciner. Grâce à sa couleur brune, la pierre de lave s'intègre aussi très bien dans le cadre d'un étang naturel. Une zone de lagunage composée de plantes aquatiques et de pierre de lave suffit en principe pour obtenir une eau de baignade pure. Il vous est bien évidemment loisible, en fonction de vos souhaits et de vos possibilités, de compléter ce lagunage par d'autres formes de filtration (mécanique) ou par un système d'aspirateur. Vous pouvez même opter, pour la zone de baignade de votre étang, pour… des poissons vivants. Tous les poissons ne sont bien évidemment pas adaptés à un tel étang ; certaines espèces exercent, en effet, une pression trop intense sur la qualité de l'eau. « Ce problème ne se pose pas avec le rotengle ou l'ide bleu », affirme Griet Cools. « Ils se délectent en outre des petits insectes aquatiques. L'obtention de ce résultat ne nécessite par ailleurs pas un banc complet, quelques individus suffisent. Tout le monde ne souhaite cependant pas nager au milieu de poissons: certaines personnes réprouvent cette idée. » 

Couverture ?
Vous avez aménagé un magnifique étang de baignade et vous envisagez de le recouvrir. Mais comment faire ? « L'expérience nous enseigne que les couvertures ne sont guère utilisées », affirme Guido Lurquin. « Un étang constitue en règle générale un ensemble harmonieux et le placement d'une bâche risquerait de venir tout gâcher. Je pense également que pour la biologie de l'étang, il est préférable de ne pas le recouvrir. Le placement d'une bâche peut, bien évidemment, aussi se justifier. Une couverture permet, en effet, de garantir la sécurité des bambins jouant à proximité. Elle empêche également - notamment en automne - qu'un trop grand nombre de feuilles ne tombent dans l'eau. Elle peut également s'avérer utile pour obtenir une température de l'eau plus élevée. Même si ce résultat peut être obtenu sans cet artifice. » Pour lutter contre la chute des feuilles, vous pouvez aussi opter pour le placement d'un filet, lequel retiendra une grande partie des feuilles qui pourraient influencer sensiblement la qualité de l'eau. 

Hybride
Tout bien considéré, un étang de baignade nettoyé et épuré de manière naturelle présente d'autres caractéristiques qu'une piscine traditionnelle. Au fil du temps, le sol et les escaliers pourraient devenir plus glissants, car toutes sortes de micro-organismes s'y seront fixés. Il s'agit d'un processus parfaitement naturel et totalement inoffensif. Mais pas toujours agréable. Vous pourriez, en effet, facilement glisser. Il y a cependant d'autres possibilités. ’t Groene Plan a ainsi mis au point une piscine hybride, qui fait la synthèse entre les caractéristiques d'un étang de baignade et d'une piscine. « Ce système est assorti des avantages des deux types de plan d'eau, sans les inconvénients tels que les surfaces glissantes », précise Chris Buggenhout de ’t Groene Plan. « En été, vous pouvez l'utiliser comme une piscine traditionnelle. Elle dispose de sa propre filtration, mais sans chlore. Nous utilisons un filtre externe et de l'eau oxygénée, combinés à de l'acide citrique. Une pompe à chaleur porte la température de l'eau à 28 °C, soit la température idéale pour nager. »  

En hiver, la piscine hybride ne doit pas être couverte. Il suffit de passer au filtre biologique aménagé dans la partie lagunage. La piscine ne demande dès lors plus d'entretien et vous pouvez également en profiter pleinement en dehors de la saison de natation.