Articles

Wellness@home


Armés ou non et dans un large éventail de couleurs : Liners

Il en existe de toutes les couleurs, les uns plus branchés que les autres, mais, au bout du compte, il s'agit toujours de liners : le revêtement de piscine courant dans les piscines architecturales. Un liner est doux au toucher et peut donner un certain cachet à une piscine, mais il s'agit surtout de l'élément décisif dans le test de qualité du piscinier. Les finitions du liner révèlent le degré de professionnalisme du piscinier, bien que l'on puisse se charger soi-même de sa pose,  à condition d'être bon bricoleur. Mais prenez avant tout la peine de lire ce qui suit. 

Nous nous sommes renseignés auprès de quatre spécialistes pour découvrir toutes les subtilités des liners. Par exemple, sur le choix qui existe quand on souhaite installer une piscine architecturale revêtue d'un liner. 
Olivier Huysmans (HDB Pools) : « Dans les liners, il y a ceux qui sont constitués de poches, d'une seule pièce et d'une épaisseur de 0,75 à 0,85 mm. Il s'agit de liners non armés, sans joints visibles. Il y a, en outre, ceux que l'on soude et renforce sur place, d'une épaisseur d'1,5 mm et beaucoup plus durables. »
Tom van Valen (A Perfect Pool) : « Nous travaillons principalement avec des liners armés, d'une épaisseur d'1,5 mm. Ces liners sont disponibles dans toute une variété de couleurs, voire avec des motifs (mosaïques, etc.). Ils sont résistants aux UV, anti-griffes et antitaches. Comme ils sont armés, ils ont une plus longue durée de vie. Nous travaillons exclusivement avec du film Alkorplan. » 
Alain Servais (LMP Poolparts) : « Une seule personne peut, en principe, poser un liner soudé en usine et livré sous forme de poche. À condition toutefois que la piscine ne soit pas trop complexe : marches spéciales, escalier, trays ou autres éléments compliquant l'installation. Par contre, il faudra toujours faire appel aux services d'un professionnel qualifié pour la pose d'un liner armé. » 
Mario Declercq (Renolit) : « Il y a aussi les films en PVC renforcé d'1,5 mm, unis ou avec un motif recouvert d'un vernis protecteur. Le vernis protecteur des nouvelles générations de membranes pour piscine est même encore plus épais et plus performant. Les personnes non averties veilleront à choisir un liner et un film de bonne qualité, de préférence dans une entreprise ayant une expérience de longue date avec le produit et sachant ce que l'on peut ou non en attendre. Il s'agit d'un marché porteur qui attire, dès lors, sans cesse de nouveaux acteurs inexpérimentés en matière de liners dont l'origine ou la qualité n'est pas tout à fait précise. Nous vous conseillons donc de bien vous renseigner avant de choisir un produit. »

Support égalisé
Dans le choix d'un liner, il faut veiller à plusieurs choses. 
Tom van Valen : « Dans la construction du bassin, il importe évidemment de partir d'un support bien égalisé pour un plus joli résultat et, en outre pour éviter que toutes les imperfections de la paroi ou du fond n'apparaissent quand on allume l'éclairage de la piscine. On obtient le plus bel effet quand on peut placer le film jusque sous la margelle. »
Alain Servais : « La pression de l'eau fait, en effet, ressortir la moindre inégalité. Dans une exécution d'une seule pièce, il est également conseillé de réaliser un arrondi entre la plaque de fond et les parois. Le placement du liner contre un escalier exige un travail à angles droits. Dans le cadre de la pose d'un liner armé, tous les angles doivent de préférence être droits. »

Couleurs à la mode
Il existe des liners de toutes les couleurs. Si l'on veut suivre les tendances, il faut connaître les couleurs à la mode.
Alain Servais : « La couleur qui se vend le mieux en ce moment est le gris clair. Viennent ensuite les couleurs gris foncé, mosaïque, blanc et bleu clair, avec une préférence pour le gris. »
Tom van Valen : « Pour l'instant, le gris clair, l'anthracite et le blanc sont les principales couleurs à la mode. Aujourd'hui, de plus en plus de gens veulent un jardin moderne dans celui-ci une piscine d'un bleu vif, autrement dit la couleur provençale, ne convient plus. »
Olivier Huysmans : « Il faut également tenir compte du fait que si les liners plus foncés donnent à l'eau un aspect plus naturel, le matériau en PVC qui les compose est assez sensible aux UV et aux produits chimiques provoquant une décoloration assez rapide de ces liners. Dans les couleurs plus foncées, cette décoloration se remarque plus vite que dans les modèles plus clairs. » 

Jusqu'à vingt ans
Quand on parcourt la gamme des liners, on en trouve déjà de 0,5 mm d'épaisseur, mais aussi d'1,75 mm. Quelle est l'épaisseur idéale de mon liner et de quels facteurs dépend cette épaisseur ?
Alain Huysmans : « Des liners sont déjà disponibles à partir de 0,5 mm. Ces types de liners sont assez bon marché, mais aussi extrêmement fins. Ils ne durent donc que cinq à dix ans au maximum, en fonction de l'usage de la piscine. Comme déjà mentionné, un liner armé d'1,5 mm est une bonne épaisseur, indépendamment de la forme et de la taille de la piscine. »
Alain Servais : « Notre expérience montre que des liners de 0,74 mm durent environ 12 ans, bien que certains liners que nous avons vendus étaient toujours en bon état au bout de vingt ans. En général, un liner armé d'1,5 mm est beaucoup plus durable : jusqu'à vingt ans de plus, voire davantage. Sur une telle période, on est néanmoins confronté à une sérieuse décoloration. » 
Tom van Valen : « Un liner armé dure effectivement plus ou moins 20 à 25 ans. Mais, tout dépend surtout de la température de l'eau et des produits chimiques utilisés. Si la dose de chlore est constamment trop élevée, le liner s'usera plus vite. Il est possible d'éviter ce problème en achetant, par exemple, un système de dosage automatique en même temps que le liner, ce qui naturellement fait aussi toute la différence pour l'entretien. » 

Dilatation et vieillissement
Des températures trop élevées provoquent clairement l'usure d'un liner. Un liner soumis à une température trop élevée s'endommage visiblement. 
Mario Declercq : « Tout liner ou film absorbe l'eau sous une certaine forme. Cette absorption est plus importante dans un liner de moindre qualité. Quand les températures sont plus élevées, l'absorption de l'eau augmente et une absorption excessive peut provoquer une trop grande dilatation du liner ou du film et y créer des stries ou des plis. On peut généralement préétablir les températures maximales de l'eau comme suit : pour un liner 29 °C et pour les membranes 32 °C. » 
Tom van Valen : « Et il faut aussi faire une différence entre un liner armé et un liner non armé et entre un liner épais et fin. Un film armé épais supporte une température plus élevée qu'un film fin. Mais nous conseillons de ne pas constamment laisser l'eau chauffer à plus de 30 °C. Un liner ne se prête donc pas non plus à un bain bouillonnant. »
Olivier Huysmans : « Nous conseillons de ne pas chauffer l'eau à plus de 28 °C, car une température élevée prolongée peut entraîner une dilatation excessive. Il faut l'éviter, car le film ne reviendra plus à sa dimension initiale. Et on se retrouve alors avec une piscine déformée. » 
Alain Servais : « À haute température, le liner aura aussi tendance à « s'affiner » progressivement et à vieillir plus vite. »

Mesure du pH et du chlore
Lorsqu'une piscine est installée, on espère, pouvoir en profiter pendant de longues années. Mais, cela dépend en partie du liner. Il vaut donc mieux veiller à bien l'entretenir. 
Tom van Valen : « Un liner demande vraiment très peu d'entretien. Du tartre se formera sur le bord de l'eau et il faut effectivement surveiller ce problème. Le liner finira aussi par se décolorer légèrement au bout d'un certain temps, mais il n'y a pas moyen d'y remédier et cela n'est pas très grave non plus. Le liner reste en bon état, tant que l'usage de produits chimiques reste limité (dosage normal) et que la température n'est pas constamment trop élevée. »
Alain Servais : « Il faut naturellement respecter les valeurs recommandées de pH, de chlore, ainsi que l'alcalinité et la dureté de l'eau. Sinon, celle-ci est trop agressive. Il importe donc de mesurer régulièrement ces paramètres et éventuellement de les adapter. »
Mario Declercq : « Il faut toutefois être vigilant avec les appareils de dosage automatique ou un électrolyseur de sel. Ces appareils fonctionnent avec du chlore non stabilisé. À savoir la forme la plus agressive de chlore et comme son nom l'indique, « non stable ». En cas d'utilisation de ces systèmes, il est conseillé d'ajouter un peu de stabilisateur à l'eau pour égaliser de trop grandes fluctuations (dues aux changements de conditions telles que la lumière UV, la saison (hiver/été), etc.) du taux de chlore actif. De toute façon, le bon fonctionnement des systèmes automatiques exige aussi un contrôle régulier ». 

www.lmppoolparts.be
www.aperfectpool.nl
www.hdbpools.be
www.renolit.com