Articles

Wellness@home


Éclairage sous-marin - LED’s use LED

Il y a longtemps déjà que la piscine n'est plus qu'un simple bassin rempli d'eau. C'est un lieu de récréation à domicile, qui fait l'objet de plus en plus d'attention au fur et à mesure que le temps passe. L'éclairage et surtout l'éclairage sous-marin sont un des moyens de rendre une piscine vraiment cool. Mais faut-il continuer à utiliser des spots halogènes ou plutôt passer à l'éclairage LED ? 

Il y a quelques années encore, les lampes sous-marines étaient équipées de lampes halogènes. Mais l'éclairage LED sous-marin est devenu très populaire tout récemment. Pas de quoi s'en étonner, il est beaucoup plus durable que l'éclairage halogène. Alors qu'une lampe halogène sous-marine a une capacité maximale de 1 500 heures, une lampe LED atteint une capacité de 70 000 heures de fonctionnement. Mais ce n'est pas le seul atout qui justifie le choix évident des lampes LED. Le passage de l'éclairage halogène à l'éclairage LED a aussi un impact important sur la consommation d'énergie des luminaires submergés. On trouve maintenant sur le marché des lampes LED sous-marines d'une puissance réelle de 50 W dont le rendement lumineux est significativement plus élevé que celui d'une lampe halogène sous-marine.

Distance
Les lampes LED (LED signifie Light Emitting Diode - Diode électroluminescente) sont donc l'avenir en matière de piscines. Mais il existe de différentes sortes. Lesquelles devez-vous utiliser pour votre piscine ? La distance que la lumière est capable de parcourir dans l'eau est un élément fondamental pour les lampes LED de piscine. Celles qui ont 50 petites diodes ordinaires ou davantage (jusqu'à 300) ne peuvent pas servir pour l'éclairage d'une piscine parce qu'elles n'ont qu'un rayonnement maximal compris entre 50 cm et 1 mètre dans l'eau. Une lampe LED de qualité fait appel à la technologie Power LED. Les Power LED sont beaucoup plus chères par rapport aux petits exemplaires ordinaires et nécessitent un refroidissement suffisant.  Elles ont, par contre, la puissance nécessaire pour parcourir une longue distance dans l'eau. De nombreuses contrevérités circulent malheureusement au sujet de leur rendement lumineux (quantité de lumens) : certains fabricants affirment pouvoir obtenir 260 lumens par watt grâce à des vagues nanotechniques. Ce qui est loin d'être faisable aujourd'hui, dans l'état actuel de la technique. Une lampe LED de piscine de bonne qualité de couleur blanche (les différences sont énormes d'une couleur à l'autre) atteint environ 100 à 140 lumens par watt consommé. Des valeurs beaucoup plus élevées ne sont même pas atteintes dans des conditions de laboratoire (avec un refroidissement extrême et une courte durée de vie). 

Conception de l'armature
Lors du passage au LED, nombre de fabricants ont  peaufiné le design existant de la lampe halogène sous-marine, qui devait permettre l'ouverture fréquente de l'armature pour remplacer la source lumineuse (environ 2 fois par an en fonction de l'usage : 
intensif ou non). Mais comme la durée de vie du LED est théoriquement 20 à 50 fois plus longue que celle de l'halogène, certains fabricants ont rendu aux problèmes d'étanchéité à l'eau des lumières la source lumineuse étanche à l'eau et à la lumière au moyen d'une résine de coulée spéciale. Cette nouvelle génération de lampes LED sous-marines pose moins désormais de problèmes d'étanchéité à l'eau.

Type LED
Le rendement lumineux est également influencé par le type de LED appliqué dans une armature immergée. On en distingue de trois sortes :
- le LED à faible puissance en watt (0,5-1 W par LED) ;
- le Power LED à plus grande puissance (3 W par LED) ;
- le High-power Chip LED (15-50 W par LED).
On reconnaît une armature immergée qui utilise des LED à faible puissance à ses nombreuses petites lampes LED (quelquesfois 50 à 100 par armature). La faible puissance ne permet aucun rendement lumineux majeur. Les armatures Power LED, entre autres High-power Chip LED, ont une puissance permettant des rendements lumineux élevés par rapport aux lampes halogènes sous-marines de 200 W. 

Refroidissement
Les armatures équipées de ce type de LED nécessitent un refroidissement des LED en raison du développement de chaleur qui n'est pas produit dans les LED à faible puissance. Il est, en effet, essentiel de refroidir suffisamment la source lumineuse pour la durée de vie du produit. La longévité d'une source lumineuse surchauffée sera considérablement écourtée par rapport à celle d'une source lumineuse bien refroidie. Pour le refroidissement, on recourt, entre autres, à l'eau dans laquelle la lampe fonctionne. Une lampe sous-marine refroidie par l'eau ne peut donc pas être utilisée hors de l'eau, sous peine d'endommagement de la source lumineuse occasionné par la surchauffe. Certains fabricants ont équipé leurs lampes d'un dispositif de protection contre la surchauffe, tel que le TCS (Temperature Control System) d'EVA Optic. Ce système met automatiquement la lampe en protection thermique, lorsque les LED atteignent une certaine température. Dès que les LED sont refroidies, la lampe se rallume automatiquement.

Electronique
La qualité d'une lampe sous-marine dépend de nombreux éléments. Dans ce cadre, l'électronique utilisée est primordiale. Une lampe sous-marine de bonne qualité utilise un driver à courant constant pour la commande de la source lumineuse. Celui-ci influence les performances, la durée de vie et la consommation d'énergie de la lampe. Dans la plupart des lampes sous-marines, le dispositif électronique se trouve sous l'eau, dans l'armature. Il existe également des lampes sous-marines pour lesquelles le driver et l'alimentation peuvent être placés séparément, dans une pièce non soumise aux effets de l'humidité et de la chaleur. Certaines lampes LED sous-marines peuvent aussi être atténuées.

Électrolyse
L'éclairage sous-marin est disponible en matière synthétique (de qualité supérieure) et en inox. Dans les lampes sous-marines en matière synthétique de qualité supérieure, le risque d'électrolyse est plus faible que dans leur exécution en acier inoxydable (inox). L'électrolyse provoque une tension entre les parois de la piscine et l'acier inoxydable de la lampe qui, à son tour, provoque l'oxydation de l'acier inoxydable.

Éclairage sous-marin coloré et RVB(B)
L'éclairage sous-marin est disponible dans divers tons de blanc, généralement plus clairs ou en blanc lumière naturelle ou blanc chaud. De plus, il y a les lampes sous-marines d'une seule couleur et les lampes à lumière changeante RVB ou RVB-B. Les lampes RVB-B associent la lumière blanche à la lumière colorée RVB. La couleur et l'intensité de la lumière de ces lampes peuvent être réglées au moyen de contrôleurs DMX. La lumière de la lampe sous-marine est partiellement absorbée par l'eau. Mais l'eau n'est pas seule responsable. La couleur des parois d'une piscine ou d'un plan d'eau influencent aussi la quantité de lumière produite par une lampe sous-marine placée dans un bassin. La règle de principe est la suivante : plus les parois latérales sont sombres, moins il restera de la lumière et plus il faudra de lampes pour obtenir un effet similaire. Le fait que le courant soit constamment réparti sur l'ensemble des LED, même quand on n'utilise qu'une seule couleur, est un problème qui se pose avec les lampes RVB (B). Il réduit l'intensité de la lumière. L'entreprise néerlandaise EVA Optic y a remédié en développant l'IPC (Intelligent Power Control). Il permet de toujours utiliser toute la capacité de la lampe. L'IPC assure une répartition exclusive du courant entre les LED branchées. De ce fait, une lampe LED RVB-B sous-marine de 50 W consomme constamment 50 W, indépendamment de la couleur.

Blanc chaud 
Le blanc chaud est la dernière nouveauté en matière d'éclairage LED. Si vous voulez bien éclairer votre piscine, avec un peu plus de puissance, l'éclairage LED donnera généralement une couleur blanche froide et crue, très contrastée avec l'environnement. Ce n’est pas beau. Voilà pourquoi on commercialise actuellement des lampes LED diffusant une lumière blanche chaude. Elles consomment légèrement plus de courant que les lampes LED ordinaires, mais l'effet est beaucoup plus beau. Si vous ne vouliez pas de lumière blanche, il ne vous restait, jusqu'il y a peu, que les lampes LED RVB. Mais, peut-être n'avez-vous aucunement besoin de toutes ces couleurs assez chères et recherchez-vous, par exemple, la lumière bleue très en vogue actuellement. Elle fait partie des possibilités actuelles des lampes LED. Les diodes électroluminescentes de lampes LED blanches y sont remplacées par une seule couleur. Vous voulez par contre de la lumière disco dans votre piscine ? Dans ce cas, il existe une commande DMX de Propulsion Systems à raccorder au discobar ou à votre système audio. 

LEDLine
Les propriétaires de piscine optent aussi de plus en plus pour l'éclairage LED hors de l'eau, comme éclairage de base. EVA Optic a développé la LEDline à cet effet. Il s'agit d'un des rares systèmes LED permettant de répondre aux exigences en matière de rendement lumineux dans les installations de sport de haut niveau. La LEDline a spécialement été conçue pour un usage dans les environnements de baignade. La gamme comprend un assortiment complet pour équiper toute une installation de LED, de la façade extérieure aux douches et de la salle de natation à l'éclairage sous-marin. 

www.evaoptic.com
www.propulsionsystems.be