Articles

Wellness@home


Nager sans grr ..., grr ..., gre lotter !

En avril ou mai, dès que les premiers rayons du soleil annoncent le retour du printemps, l'envie de plonger dans votre piscine vous titille. Mais un test de température (trempage du gros orteil dans l'eau encore trop froide) vous dissuade souvent bien vite ! À moins que vous ayez un bon système de chauffage, bien entendu... Quelles sont les différentes façons de porter l'eau de la piscine à un délicieux 27 °C ? Nous avons examiné les différentes options pour vous.

Dans notre petite Belgique, le climat est tellement capricieux qu'il est préférable de chauffer votre piscine si vous souhaitez profi ter idéalement de la saison des baignades. C'est à vous qu'il appartiendra naturellement de choisir le mode de chauffage de votre eau de piscine, mais décidez-vous de préférence avant le début de la construction. Ce serait en effet dommage d'avoir à faire sauter le carrelage de votre terrasse pour y faire passer les buses du système de chauffage... Néanmoins, si vous postposez votre installation de chauffage - pour des raisons budgétaires, par exemple - les options seront très probablement limitées par certains facteurs. En fonction de vos préférences et des circonstances, plusieurs systèmes de chauffage pourront vous être proposés pour votre piscine. Généralement, on conseille une température de 27 °C, mais cette valeur est très subjective. Les femmes et les enfants trouvent en général une eau à 30 °C plus agréable, tandis que d'autres se satisfont de 24 °C. 

L'échangeur de chaleur perd en popularité 
Auparavant, l'échangeur de chaleur était le système le plus vendu. Tout le monde possédait en effet une chaudière pour le chauffage de l'habitation, et on pouvait y brancher facilement un échangeur de chaleur pour l'eau de piscine. De plus, ce système n'était pas coûteux et était très puissant. Un échangeur de chaleur de 40 kW peut en effet chauffer 35.000 litres d'eau à raison d'1 °C par heure. Donc, si en avril ou mai, la température de l'eau se situe entre 15 et 20 °C et que votre piscine mesure 5 mètres sur 10 avec 1,5 mètre de profondeur, cela signifie qu'en une journée, vous pourrez augmenter la température de votre piscine de 10 degrés. Un détail non négligeable si cette piscine se trouve dans le jardin de votre seconde résidence et que vous n'avez que 14 jours de vacances devant vous pour en profiter... La condition est naturellement que le système de filtration doit fonctionner en permanence. Mais l'augmentation des coûts de l'énergie et le nouveau règlement de la compagnie des eaux – introduit dès 2003 – ont toutefois changé la donne. Pour éviter tout contact entre l'eau de piscine et l'eau de la compagnie des eaux, l'échangeur de chaleur doit être doté d'une double paroi. Avec une augmentation des coûts et une installation moins aisée à la clé...

La pompe à chaleur, le nouveau numéro 1 
Lorsque la pompe à chaleur est arrivée sur le marché, voici dix ans, elle était encore très coûteuse et bruyante. L'énergie était encore bon marché et la plupart des consommateurs trouvaient la période de rentabilité d'une pompe à chaleur beaucoup trop longue. Suite à l'apparition de fabricants de pompes de plus en plus nombreux – de fabricants asiatiques, notamment – sur le marché, le prix a diminué. Les appareils sont par ailleurs devenus plus silencieux. Et la pompe à chaleur a ainsi détrôné l'échangeur de chaleur, s'emparant de la place du système de chauffage le plus populaire. Il est important de signaler qu'une pompe à chaleur pour piscine est totalement différente des pompes à chaleur utilisées pour chauffer les habitations. Elles ne sont donc pas interchangeables ! Une pompe à chaleur prélève la chaleur de l'air. La chaleur récupérée est ensuite utilisée pour chauffer l'eau de piscine. Mais un dimensionnement correct de l'appareil est indispensable. Ainsi, pour une piscine de 70 m³, il faut une pompe à chaleur d'environ 15 kW. Par ailleurs, la puissance de la pompe est tributaire de la température extérieure, de l'humidité de l'air, et de la température de l'eau de piscine, entre autres. Avec une température extérieure de 20 °C, une pompe à chaleur de 15 kW pourra chauffer 70 m³ d'eau d'1 °C en 5 à 6 heures. Si la pompe à chaleur tourne continuellement, vous parviendrez à une augmentation de température de 4 °C par jour. Mais vous devez tenir compte du fait que durant la nuit, l'eau perd 1 à 2 °C, indépendamment du système de chauffage utilisé. Cela signifi e concrètement que votre eau de piscine gagnera en fi n de compte 2 à 3 °C par jour et qu'il pourra falloir un certain temps pour que votre piscine atteigne les 27 °C escomptés...

Rendement variable  
Si vous faites le même calcul avec une pompe à chaleur sous-dimensionnée de 8 kW par exemple, votre piscine de 70 m³ aura besoin de 14 heures pour gagner 1 °C... Et compte tenu du refroidissement nocturne, vous perdrez chaque jour le bénéfi ce de la journée et votre pompe à chaleur tournera en permanence sans résultat. Il va également de soi que le rendement de la pompe à chaleur diminue lorsqu'il fait plus froid. Il est dès lors absolument nécessaire de faire appel à un expert en la matière. Le rendement de la pompe est exprimé en COP (Coeffi cient Of Performance). Un COP de 4 ou 5 signifi e qu'1 kW donne un rendement de 4 ou 5 kW. Inversement, vous consommez avec cette pompe à chaleur 4 ou 5 fois moins qu'avec un chauffage électrique avec lequel 12 kW de puissance livreront 12 kW effectifs. Si vous souhaitez comparer différentes pompes à chaleur, soyez en tout cas attentif à la température à laquelle le COP a été calculé. Un COP de 4 à une température de 15 °C ne correspond en effet pas à un COP de 4 à 25 °C !

Positionnement et entretien 
Il est également important de savoir qu'une pompe à chaleur est toujours placée à l'extérieur. Même si ces appareils sont nettement moins bruyants qu'auparavant, le compresseur et le ventilateur s'entendent. Le choix du lieu d'installation est donc déterminant si vous souhaitez pouvoir nager en toute quiétude. Il n'est en outre pas possible de dissimuler l'appareil volumineux derrière une haie ou un autre écran du genre. La pompe a en effet besoin d'un espace suffisant : 50 cm à l'arrière et 2 à 3 mètres à l'avant pour un modèle horizontal, 50 cm en périphérie et 1,5 mètre en hauteur pour un modèle vertical. Certaines marques prescrivent même davantage d'espace encore. Dans certains manuels, il est question de 80 cm à l'arrière et 5 mètres à l'avant (modèle horizontal) et même jusqu'à 3 mètres au-dessus (modèle vertical). Grâce à l'importante superficie d'aspiration, le rendement d'un modèle vertical est par ailleurs 15 pour cent supérieur à celui d'un modèle horizontal, avec l'inconvénient toutefois que ce type de pompe est également plus bruyant. La plupart des pompes à chaleur ne fonctionnent pas en hiver. D'ailleurs, elles doivent être débranchées et complètement vidangées, sans quoi le gel risque de provoquer de sérieux dégâts. Or, les coûts de réparation de la pompe à chaleur peuvent être très élevés, à savoir jusqu'à la moitié du prix d'achat !

Chauffage électrique et chaudière à gaz en voie d'extinction 
Étant donné le coût élevé de l'énergie, le chauffage électrique traditionel tombe littéralement en disgrâce. Seules les petites piscines de 30 à 40 m³ utilisées occasionnellement peuvent éventuellement encore y avoir recours comme solution d'appoint – avec des panneaux solaires, par exemple. L'appareil est très facile à placer, même s'il est nécessaire de faire appel à un électricieninstallateur agréé. L'inconvénient est qu'il faut disposer d'un réseau électrique triphasé, sans quoi le chauffage électrique est par définition exclu. D'autre part, étant donné que la chaudière à gaz était peu populaire sur le marché des piscines, les fabricants sont devenus très rares sur le marché. Du coup, ce système de chauffage est pour ainsi dire rayé de la carte.

Énergie solaire, la tendance verte 
Dans l'univers des piscines également, la pensée écologique gagne du terrain. Le gros problème est qu'un chauffage à énergie solaire n'est pas suffi sant pour porter l'eau de la piscine à la température désirée. C'est pourquoi l'un des systèmes suivants est généralement choisi pour y suppléer.

Capteurs solaires 
Si vous souhaitez utiliser l'énergie gratuite du soleil pour votre piscine, vous pouvez opter pour des collecteurs solaires. Il s'agit de panneaux noirs rectangulaires ou de « boules solaires » parcourus par des tuyaux dans lesquels circule l'eau, qui est ainsi réchauffée par le soleil. L'avantage est que l'utilisation du système est totalement gratuite. Malheureusement, il y a aussi des désavantages. Vous avez notamment besoin d'une large superfi cie, à savoir au moins la moitié, voire deux tiers de la surface de votre piscine. L'installation n'est pas si simple et nécessitera par conséquent toute une journée. Certains systèmes sont branchés sur l'installation de fi ltrage existante et sont pourvus d'un régulateur électronique. Celui-ci mesure la température de l'eau et la chaleur de rayonnement et sur cette base, envoie l'eau dans les capteurs quand nécessaire. Les collecteurs solaires sont souvent combinés avec une pompe à chaleur qui supplée lorsque le rayonnement solaire est insuffi sant pour maintenir la température de la piscine. Sur le marché, on trouve des collecteurs à base de caoutchouc de silicone optimalisés pour une utilisation combinée avec les techniques de traitement de l'eau les plus modernes.

Volets solaires 
Une deuxième solution consiste à utiliser un volet solaire comme couverture de piscine. Si vous chauffez votre piscine, une couverture est de toute façon incontournable. En effet, 80 pour cent des déperditions de chaleur s'opèrent à la surface. Et il existe tellement de couvertures de piscines différentes que vous avez l'embarras du choix. Sur certains modèles, les lamelles colorées ordinaires sont remplacées par une variante dotée de capteurs solaires. Votre eau de piscine gagnera ainsi rapidement 4 à 5 °C, ce qui n'est pas négligeable. Enfi n, vous pouvez également utiliser les panneaux solaires existants sur votre toit - panneaux qui n'ont absolument rien à voir avec des collecteurs solaires de piscine ! Les panneaux photovoltaïques fournissent l'eau chaude sanitaire et peuvent, via un petit échangeur de chaleur, chauffer partiellement l'eau de votre piscine. 

Remerciements à :

  • Martine Van Cleven – CDH
  • Bart Van den Heuvel – Technics & Applications
  • Alain Servais – LMP Pool Parts
  • Niels Vermeylen – Viessmann